Pêche en mer : Bassin Minéralier le Samedi 8 Avril 2006 Surfcasting plage du Castellas - Sète - Nuit du 9 au 10 aout 2013 - De la couleur en Languedoc Le homard européen - Homarus gammarus Pêche en surfcasting près de la jetée de Saint Pol : merlans et limandes Initiatives oceanes - Nettoyage de la digue du braek Dunkerque le 22 mars 2008 - Participez ! Week End immersion en Charentes Maritimes - Oleron - Ronce les bains : 4, 5, 6 septembre 2009 10 mai 2009 : petite sortie matinale au Braek Une semaine de Surf Casting en Catalogne (Espagne) - 27 Decembre au 1er Janvier 2005 : Deltebre - Marco : 9, Eric : 1 La récolte des couteaux pour la pêche en Nord Pas de Calais Surfcasting : Dakhla 2004 - "Un homme, ça peut-être détruit, mais pas vaincu" (Ernest Hemingway - Le vieil homme et la mer) - Hommage à Hassan pêcheur de poulpes Pêche dans le bassin minéralier le 10 avril 2007
-
Tailles minimales et réglementation de la pêche en mer de loisir sur une application Android

Pêche en surfcasting le 25 octobre 2009 - Bretignolles la Sauzaie

dimanche 25 octobre 2009. 
13250  
9
 

- Metéo estivale : ciel clair, vent nul, 20°C à 15h00
- Marée basse vers 15h00 - petite marée.
- 2 cannes : 2 trainard 80 cm (rouleaux) - Hameçon n°1 circle hook et 1 pennel 3/0 circle + 1 circle n°1.
- Appâts : Sardines étêtées sur n°1 - 1 chipiron entier non vidé sur pennel (enfilé)

1 canne est mise en pêche à reculer avec 1 gros appât. Il s’agit d’un chipiron frais qui est esché entier. Seule la plume a été retirée. Elle est remplacée par un tube fin afin de faire passer l’empile de part en part. De cette façon, 1 gros hameçon (circle 3/0) est fixé dans le siphon, 1 second hameçon (circle n°1) est fixé en haut de la tête. Les tentacules sont intacts, la poche d’encre est percée juste avant mise à l’eau.

De cette façon, cet appat s’il n’est pas engammé, pourra rester à l’eau pendant toute la marée montante. La canne est reculée, tant qu’il n’y a pas de touche. N’ayant rien d’autres sous la main, j’ai utilisé un plomb grappin "landais" avec grosses perles de 170 grammes, afin d’empêcher toute dérive. Le montage et l’appât ont tenu de 15h00 à 21h00 sans bouger. Et sans aucune prise malheureusement, je réitererai mais de nuit.

L’autre canne est munie d’un trainard de 80 cm, avec un seul hameçon. 1 sardine étêtée et ligaturée est enfilée à l’aiguille, à la façon d’une arénicole.

Le premier lancer, vers 15h00, au début de l’étal, est de suite récompensé : un bar de 46 cm.

Les sardines tiennent bien et je laisse à l’eau environ 30 minutes. 1 heures plus tard, sur le début du montant, c’est un turbot de 25 cm (au carré) qui est pris. Il a gobé entièrement une sardine d’environ 15 cm de longueur, il est pourtant piqué au bord des lèvres. La sardine elle est au fond de la gueule.

Les vagues gonflent, et je dois commencer à accèlérer les relevés : la sardine est broyées et désagrégées sous l’action conjuguée du sable et du courant. Je laisse en effet ce montage dérivé lentement. J’utilise un plomb à grappins fixes de 150 grammes, la longueur des tiges a été raccourcie pour ne conserver qu’un à deux centimètres.

Fixation simple du trainard

Le trainard est fixé simplement avec une agrafe type Gemini sur l’emerillon agrafe du plomb. En cas de vrillage, on fixe un rolling sur cette agrafe.

On peux également tressé le nylon pour le rigidifier.

Il faut s’adapter aux conditions pour éviter l’emmêlement.

Je pêche jusqu’à marée haute, sans rien prendre d’intéressant : quelques tacauds avant la tombée de la nuit. Je conserve le bar.

Le bar - période de reproduction
Le turbot - période de reproduction

A suivre ...


Partager cet article !


>> >> >> >> ...