Elaboration d'une ligne de fond Pêche au Fort de l'Heurt le 17 septembre 2014 Première partie de pêche a la crevette de l'année Remplacement ou rénovation de l'antiretour sur les moulinets Shimano Aero Technium XT 10000 et Ultegra XT 10000 Voix du Nord du 2 novembre 2005 - "Responsabiliser les visiteurs du Braek..!" Animal étrange observé dans le Port de Crouesty - Bretagne Première pêche de 2017 : Les Escardines le 7 janvier Encore quelques jours de patience - Delta de l'Ebre - Espagne Pêche en surf casting au Braek le 14 juillet 2014 : du poisson plat. Pêche digue Carnot le 5 décembre 2017 25 septembre 2011 - Pêche aux Escardines
-
Tailles minimales et réglementation de la pêche en mer de loisir sur une application Android

Un pêcheur sachant pêcher sans lâcher ses déchets est un bon pêcheur

dimanche 25 juin 2017. 
7419  
8
 

Un sujet qui nous concerne tous, qui est facile à régler, ne coûte rien au pêcheur, ni à la collectivité : "Un pêcheur sachant pêcher sans lâcher ses déchets est un bon pêcheur."

Les fils de pêche :

Loin d’être biodégradables, les différents fils que nous utilisons pour garnir nos moulinets ou encore préparer nos montages ont une durée de vie qui dépend du ou des matériaux utilisés pour leur fabrication, toujours longue.

Tous sont dérivés de la synthèse du pétrole [1].

Tous, abandonnés dans la nature, constitueront d’abord une source de pollution visuelle, désagréable, inesthétique, peu ragoûtante et source d’angoisse pour nous, pêcheurs, parents, promeneurs et touristes. Nous nous méfions instinctivement des déchets et de ce qu’ils contiennent.

Meli-mélo de fils de pêche

Tous, lorsqu’ils sont emportés en mer sous forme de "pelotes" peu visibles dans l’eau, peuvent devenir ensuite des pièges mortels. Pour les oiseaux et mammifères marins qui fréquentent toutes les côtes de France, pour les tortues marines qui sont présentes en Méditerranée et dans le golfe de Gascogne [2] [3], et fort probablement pour d’autres créatures marines "invisibles".

Tous, en raison des propriétés même qui nous les font choisir pour une utilisation en milieu marin. Se fractionneront très lentement, pour devenir enfin des micro-déchets, difficiles, voire impossibles à collecter.

Contrairement à ce que l’on pensait jusqu’à présent, seul 1 % des plastiques qui arrivent en mer resterait en surface dans ce que l’on appelle les vortex ou gyres de déchets, les scientifiques s’interrogent à présent sur le devenir et les effets des 99 % qui manquent. [4]

Malheureusement, on trouve souvent les restes de ces fils abandonnés sur nos lieux de pêche : digues, quais, jetées et plages.

Les mono-filaments en nylon :

Les mono-filaments fabriqués en nylon**, sont les plus utilisés. Pour ce type de fil, on parle d’un délai de dégradation de 1 à 5 ans [5], 40 ans [6] [7], 600 ans [8] [9], voire d’une impossibilité de biodégradation complète [10].

Fil de pêche

Depuis un peu plus de 10 ans, certains pays, comme les États-Unis, l’Australie, et la Grande-Bretagne ont mis en place des programmes de collecte et de recyclage des mono-filaments en nylon, qui s’adressent aux pêcheurs et sont établis et financés en partenariat avec certains fabricants [11].

Actuellement en France*, il ne semble pas exister de filière de recyclage autre que celle éventuelle de la revalorisation énergétique - Incinérateur_de_déchets . La solution est donc de joindre ses déchets de mono-filament nylon aux déchets ménagers ordinaires.

*Ces filières existent ou sont en cours de mise en place pour les déchets issus de l’industrie automobile ou textile [12].

Les tresses :

Les tresses** sont fabriquées à partir de fibres dont les appellations commerciales sont Dacron® - (Polytéréphtalate_d’éthylène), Dyneema® [13] et Spectra® - (Polyéthylène haute densité) . À ces fibres peuvent être ajoutés d’autres polymères de synthèse dans l’objectif de modifier les propriétés premières de ces matériaux, par exemple pour obtenir une tresse qui coule [14].

Actuellement, aucune technologie ne permet le recyclage des tresses** (braided line) [7], quelles qu’elles soient. Comme pour le mono-filament nylon c’est donc les déchets ordinaires qu’elles doivent rejoindre.

Les fils mixtes :

Il en va de même pour tous les types de fils mixtes**, composés de différents matériaux, comme par exemple les fils "fluorocoatés", fabriqués à partir de nylon et PVDF, aucune technologie ne permet le recyclage à l’heure actuelle. C’est donc également les déchets ordinaires qu’ils doivent rejoindre.

Les "fluorocarbones" :

En ce qui concerne les "fluorocarbones", qui sont fabriqués à partir de Polyfluorure de vinylidène ou PVDF, les informations concernant les éventuelles possibilités de recyclage sont en cours de collecte [15] [16] [17].

**Il est à noté également, qu’aucune information concernant le ou les matériaux de fabrication utilisés, la biodégradabilité, les possibilités de recyclage n’est indiquée sur les emballages de ces produits. Si toutefois, vous avez connaissance de produits faisant mention de ces informations, vous pouvez nous les indiquer en postant un commentaire en bas de cette page.

Méthode de remplissage des bobines de moulinet pour n’employer que la longueur de fil nécessaire

Les filets de pêche :

Ils font également partie des déchets que le pêcheur abandonne volontairement ou perd accidentellement :
- mal fixé, un filet sera décroché par la force des vagues et des courants
- mal repéré et devenant introuvable, il sera abandonné
- posé trop loin par forte marée, ou, en raison d’une météorologie qui change et devient agitée, il ne pourra être récupéré

Tous les filets "irrécupérables" deviendront des "filets perdus", ou "filets fantômes" [2], qui continueront à piéger la faune marine : crabes et crustacés, poissons, mammifères et oiseaux. [3]

Filet de pêche

Lors de nuit calme, le pêcheur est tenté de placer ces indicateurs de touches que sont les bâtons lumineux.

Emballage de batons lumineux
Baton lumineux

Malheureusement, force est de constater que ceux-ci finissent parfois à la mer en fin de partie de pêche alors qu’ils contiennent des produits chimiques.

Bâton lumineux

On ne le fait pas exprès, ça nous fait même râler de les perdre lors de lancers ou de casses lors des relevés : les plombs de pêche sont source de pollution. Les métaux lourds s’accumulant dans les sédiments.

Plomb grappin
Plomb à grappins débrayables

On a l’habitude de conserver nos appâts dans du papier journal, pour les arénicoles vidées ou encore les couteaux. Même si le papier se dégrade plus rapidement que d’autres matières, ce n’est pas une raison pour le laisser sur le lieu de pêche.

Journal en papier ayant servi à conserver des arénicoles

Les boîtes d’appâts se retrouvent régulièrement sur les lieux de pêche. Certaines de ces boîtes sont fabriquées à partir de matériaux biodégradables (les distributeurs font des efforts), ce n’est pas une raison pour ne pas les jeter à la poubelles.

Boîte d’appâts

Les sacs ou sachets en plastique se font de plus en plus rares mais on en pêche encore ou alors on les voit joncher nos lieux de pêche.

Sachet plastique

Les mégots de cigarettes jetés à terre ou dans le sable constituent une pollution non négligeable. Selon certaines études, un mégot polluerait 500 litres d’eau

Les mégots sur les belles plages de Sanary-sur-mer ou Jettes pas ton mégot, deviens mon héros

Un bon coin de pêche

Jet de mégot, un geste nocif

Mégot de cigarette

Les emballages de lignes de pêche font partie du cortège des déchets émis par les pêcheurs. Certains "coins de pêche" en sont malheureusement parsemés.

Emballage de ligne de pêche
Morceau d’emballage de ligne de pêche

Les piles que nous utilisons pour nos lampes frontales lors des pêches nocturnes ne doivent pas finir dans la mer, en contrebas des jetées ou encore sur les zones de parking près des lieux de pêche. Ces piles constituées de métaux lourds sont toxiques pour l’Homme et l’environnement.

Piles
Ils sont bons mes bigorneaux

Les hameçons en fer s’oxydent généralement assez rapidement et se dégradent tandis que les hameçons en inox ont une durée de vie illimitée.

Hameçons inoxydable et oxydable

Nos autres déchets de pêche

Reste de leurre souple
Bobine de fil à pêche
Bouchon ou flotteur
Gant en latex
qui peut être utilisé pour vider les arénicoles qui jaunissent les doigts.

Les déchets que l’on peut laisser.

Vous pouvez tout de même amener ou laisser des déchets à la mer. Vos déchets de poissons (têtes, peaux, viscères,...), de coquillages (barbes et coquilles de coquilles Saint Jacques fraîches par exemple).

Ces déchets serviront de repas aux poissons et surtout aux crustacés (crabes, crevettes, ...).

Toutefois, il ne faut pas jeter de grosses quantités de restes de poissons dans une flaque, mais essayer de les éparpiller un peu partout.

Flaques laissées à marée basse
De petites flaques pleines de vie

Alors oui, les plombs, les bouchons, les hameçons ou encore les leurres, le pêcheur n’a pas l’intention de les laisser sur place ou de les perdre, un sachet en plastique peut s’envoler ou on peut oublier ses déchets sans le vouloir. Mais un effort peut être fait sur les autres déchets présentés ici.

Les solutions

En tant qu’utilisateurs réguliers de notre littoral, nous devons agir pour sa protection et nous comporter en pêcheurs responsables. Pensons aux futures pêcheuses et futurs pêcheurs, mais aussi à l’image que nous pouvons renvoyer auprès des autres utilisateurs du littoral et des lieux de pêche qui peuvent aussi être des lieux de promenade pour les familles.

En eau douce
Pour info articles R632-1 et R635-8 du Code pénal

- Repartir de sa partie de pêche avec ses propres déchets voire avec les déchets laissés par d’autres, on ne peut pas forcément compter sur le civisme de chacun.

- Aller à la pêche...aux déchets en participant aux nettoyages de plages organisées chaque année localement. Même si cela ne paraît pas transcendant de ramasser les déchets des autres.

Nettoyage de plage le Samedi 14 septembre 2013 - plage de la Digue du Braek

- Mettre ses mégots de cigarettes dans une boite métallique (cendrier de poche).

- L’Union Européenne devrait prochainement proposer aux pêcheurs professionnels de Méditerranée de ramasser les déchets à l’aide de leurs filets en contrepartie d’une rémunération.

- Ne pas jeter, récupérer et recycler les piles.

- Les bouteilles en verre sont à jeter dans les conteneurs placés à cet effet. Du verre recyclé c’est moins de prélèvement de sable dans les milieux naturels.

Le sable : du rêve au béton - quand les plages disparaissent

Récupérons et recyclons les piles
Ces cubes à piles et d’autres produits sont proposés gratuitement aux professionnels et aux particuliers sur le site de Corepile

Livres et documentation à consulter :

Une mer propre, mission impossible ?
70 clefs pour comprendre les déchets en mer.
François Galgani , Isabelle Poitou, Laurent Colasse. - Editions Quae, 2013
Disponible en PDF
Extrait
Fiche “Les déchets solides en mer et sur le littoral"
Source : Observatoire National de la Mer
À retenir : La quantité totale de macro-déchets rejetée chaque année dans l’environnement marin est estimée à 10 millions de tonnes, dont 80 % proviennent de la terre- notamment via les vents, les cours d’eau, le drainage des eaux de pluie ou encore les rejets de stations d’épuration - et 20 % d’activités maritimes.
Entre 60 et 80 % des déchets marins sont constitués de produits à usage unique, le plus souvent en plastique, à commencer par les petits sacs. Or les détritus plastiques posent particulièrement problème, dans la mesure où la dégradation des polymères dont ils sont constitués conduit à leur fragmentation en microparticules de moins de 5 millimètres à la durée de vie de l’ordre de plusieurs siècles. Les densités en mer peuvent atteindre 1150 éléments/ha.
Le stock de déchets se répartirait ainsi : 15 % ont été rejetés sur les plages, 15 % flottent en surface ou dans la colonne d’eau, 70 % ont coulé dans les fonds marins.

Une vidéo à propos de l’Algopack :

 [18]Vidéo promotionnelle réalisée par l’inventeur de ce matériau à base d’algues brunes et 100% biodégradable. Peut-être envisageable en remplacement de certains éléments utilisés pour le packaging de produits destinés à une utilisation en bord de mer : bobines, boites d’appâts, fils à ligaturer ...

Une autre réalisée à partir de déchets

Afficher la transparence

Les déchets récoltés ont été déposé en déchetterie. Digue du Braek - Dunkerque.

Si vous avez d’autres solutions ou des avis à apporter, n’hésitez pas à répondre à cet article, merci.

[3Å voir - Certaines photographies de cadavres présentent des traces laissées par des liens dont la nature n’est ou n’a pas pu être précisée :UGMM

[3Å voir - Certaines photographies de cadavres présentent des traces laissées par des liens dont la nature n’est ou n’a pas pu être précisée :UGMM

[18Source : ALGOPACK


Partager cet article !


>> >> ...