Week end immersion au Clipon....Enfin du gros poisson. 4 au 5 decembre 2009 Quelques soles et limandes, jetée du Dyck, 1er et 2 juin 2013 Pêche dans les landes Réalisation d'un montage fil sur fil, simple, discret, économique et efficace Papa il a attrapé un poisson !!! Kayak Fishing De Nuit - Dunkerque - Pti Fred - mai 2007 La crépidule - Crepidula fornicata La plage d'Escalles - Cap Blanc Nez L'aplysie ou lièvre de mer - Aplysia ssp. Pêche en mer : Cap Gris-Nez le Lundi 23 Mai 2005 A lire : Tout savoir sur le surfcasting - 60 montages essentiels par Denis Mourizard - Guides Larivière.
-
Tailles minimales et réglementation de la pêche en mer de loisir sur une application Android

Le bar commun ou loup - Dicentrarchus labrax

vendredi 28 septembre 2018. 
13961  
20
 

Sur les côtes françaises, le bar commun est le poisson marin le plus recherché par les pêcheurs de loisir.

Connu pour être combatif, le bar est aussi un poisson réputé dans l’assiette. Il est donc également la cible des gourmets.

Bien que cette espèce fasse l’objet d’une aquaculture intensive, sa valeur commerciale, encore plus grande s’il est sauvage, tend à en faire une espèce également recherchée par les pêcheurs professionnels.

Bref, ce poisson a pour lui tous les défauts :
- une demande et une valeur commerciale forte
- une réputation de poisson "roi" aussi bien chez les pêcheurs sportifs que chez les gourmands

C’est un concentré des enjeux de gestion de notre patrimoine naturel. "Le poisson qui voulut être roi.", malgré lui.

Bar ou loup

Dicentrarchus labrax

Nom scientifique : Dicentrarchus labrax (linnaeus - 1758).

Nom vernaculaire français : Bar, loup, Bar franc, Bar commun, Bar européen, loubine, louvine

Nom vernaculaire anglais : Seabass

Famille : Moronidae Ordre : Perciformes Classe : Actinopterygii

Etymologie : Du Grec, Di = deux, Kentron=eperon et Archos = anus

Description :

C’est un poisson au corps fusiforme. La tête est beaucoup plus large que la base de la queue. Le volume le plus important se situe à l’avant, ce qui donne cet aspect massif et trapu à sa morphologie.

La nageoire caudale est large et massive.

Nageoire caudale et corps fusiforme du bar commun

La couleur générale de sa robe est argent. Le dos est le plus souvent plus foncé, de noirâtre à brun/vert/bronze. On retrouve cette coloration plus sombre généralement chez les poissons pris dans les zones rocheuses, les épaves, alors que les poissons pris en pleine eau, dans les zones de plages ont une coloration générale plus claire et quasiment uniforme.

La tâche noire qui orne le plus souvent les opercules et le crâne du bar commun

Informations de licence

Les opercules présentent le plus souvent une large tâche noire bien marquée qui part du dessus des pectorales pour se terminer sur le dessus du crâne.

Le bar est armé de multiples épines dissimulées dans les nageoires dorsales, pectorales, anales et en arrière des ouïes sur les opercules.

Les deux nageoires dorsales du bar commun

De multiples épines sont dissimulées dans les nageoires dorsales.

Reproduction :

Le bar est ovipare.

Il n’existe aucune caractéristique permettant de différencier les 2 sexes par une simple observation en l’absence d’un dimorphisme sexuel apparent.

En moyenne, la taille de maturité des femelles se situe autour de 42 cm pour la zone Atlantique, Manche, mer du Nord. Elle est plus précoce en Méditerranée.

En France, la période de reproduction débute en septembre pour se terminer en mars en Méditerranée et dans le golfe de Gascogne, en mai en Manche, et juin pour la Mer du Nord.

En France, les pontes se déroulent de décembre à mars en Méditerranée, de janvier à mars sur la côte Atlantique, mars à mai pour la Manche, et avril à mai/juin pour la mer du Nord.

La ponte a lieu en pleine eau. Les femelles sont à ce moment le plus souvent accompagnées par 2 mâles qui fécondent les œufs. Une femelle ne pond qu’une seule fois par an. Une femelle ne pond pas systématiquement chaque année.

La reproduction du bar, en captivité, a fait l’objet de nombreuses études scientifiques.

Deux facteurs se conjuguent et en conditionne la chronologie - ainsi que celle de la plupart des poissons marins des zones tempérées :

- la température de l’eau
- la photopériode

La température de l’eau :

Le bar est comme tous les poissons, un animal poïkilotherme. La température de son corps étant la même que celle de l’eau, c’est cette dernière qui régiera, rythmera, les processus biologiques.

Pour le bar, la production des produits génitaux - gamétogenèse - débute dès que la température de l’eau baisse et descend sous 16°C environ. La ponte intervient quand la température de l’eau remonte et atteint 13 à 14°C. Ces températures différent suivant les auteurs, les sources, un résumé est en cours de préparation.

Carte quotidienne de la température de surface de la mer (SST) - Mer du Nord, Atlantique Nord, Méditerranée - [1] :

Température de la mer hier à 0h00

La photopériode :

Il semblerai que ce soit le facteur le plus important. Certaines expériences, menées en captivité, tendent à en démontrer la prédominance. (en cours de documentation)

Croissance : lente.

Il faut environ 6 ans dans la zone Atlantique, Manche, 7 ans en mer du Nord pour qu’une femelle atteigne la taille de 42 cm et soit mature.

En Méditerranée, la croissance est plus rapide et la taille de maturité plus précoce.

Bar juvénile

Régime alimentaire :

Ce poisson carnassier, réputé vif et vorace, est également appelé "loup" - C’est d’ailleurs comme cela, qu’il est déjà représenté à la fin du XVème siècle dans l’iconographie de l’Hortus sanitatis.

Il affectionne les poissons comme les sardines, les éperlans, les harengs ou les petits maquereaux mais ne dédaigne pas les crevettes, les crabes, les mollusques et les vers marins.

Si les conditions ne sont pas favorables, il se nourrit d’algues ou de substances en décomposition.

La quête de nourriture, aussi bien diurne que nocturne, est particulièrement intense à la belle saison et particulièrement durant les périodes où la mer est agitée.

Taille : jusqu’à 1 mètre

Préférences :

Le bar est une espèce à la fois benthique et pélagique. il fréquente les plages, les zones rocheuses, battues par les vagues, riches en oxygène et en nourriture. C’est un poisson très résistant aux variations de salinité : c’est pourquoi on le trouve aussi dans les anses ou les ports et même très loin dans les eaux saumâtres des estuaires. C’est un chasseur infatigable qui vit en bandes puis devient solitaire.

Distribution :

L’aire de répartition de l’espèce se diviserait en trois grands groupes de population : Nord Atlantique, Ouest Méditerranée et Est Méditerranée [2].

Le bar est présent sur la totalité du littoral français, Mer du Nord, Manche, Atlantique et Méditerranée et dans les cours d’eau communiquant avec la mer.

Certaines publications scientifiques évoquent, comme pour d’autres espèces, un changement de l’aire de répartition, qui, en liaison avec les changements climatiques et le réchauffement des océans se déplacerait ou s’étendrait vers le nord. [3] [4]

Taille minimale de capture autorisée (maille) et réglementation :
  • BAR COMMUN - Dicentrarchus labrax
  • Arrêté TRAM1226985A du 26 octobre 2012 modifié le 15 janvier 2018 :
  • Mer du Nord, Manche, Atlantique : 42 cm.
  • Méditerranée : 30 cm.
  • Règle de mesure : longueur de la pointe du museau à l'extremité de la nageoire caudale.
  • Arrêté AGRM1107007A du 17 mai 2011 :
  • Marquage obligatoire : Oui, ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale.
  • Prélévement Maximum Autorisé pour les zones suivantes :
  • règlement CE 2018/1308 (JO du 28 septembre 2018) du 28 septembre 2018 :
  • Mer du Nord, Manche, Atlantique en partie : pour la France, de la frontière belge au nord-est au 48ème parallèle (Plage de Mesperleuc - Finistère) au sud-ouest. Divisions CIEM IV b, IV c, VII a,VII d, VII e, VII f, VII g, VII h, VII j et VII k.
  • Quota : Oui, 1 poisson par personne et par jour peut-être conservé du 1er octobre au 31 décembre 2018.
  • règlement CE 2018/120 (JO du 31 janvier 2018) du 23 Janvier 2018 :
  • Atlantique en partie : pour la France, du sud-ouest du 48ème parallèle (Plage de Mesperleuc - Finistère) à la frontière espagnole. Divisions CIEM VIIIa et VIIIb.
  • Quota : Oui, 3 poissons par personne et par jour peuvent être conservés toute l'année.
  • Pêche interdite une partie de l'année pour les zones suivantes :
  • Arrêté 116/2005 réglementant la pêche du bar au large du Cap Fréhel :
  • Réserve du Cap Fréhel dans les Côtes-d'Armor : pêche interdite - y compris pour le pêcher-relâcher - du 1er mars au 31 mai chaque année.
  • Décret n° 2014-1608 du 26 décembre 2014 :
  • Au sens du présent livre, est autorisée comme pêche maritime de loisir la pêcherie non commerciale et dont le produit est destiné à la consommation exclusive du pêcheur et de sa famille et ne peut être colporté, exposé à la vente, vendu sous quelque forme que ce soit, ou acheté en connaissance de cause.

Législation spécifique à l’espèce :

- Arrêté du 17 mai 2011 imposant le marquage des captures effectuées dans le cadre de la pêche maritime de loisir

- RÈGLEMENT (UE) 2018/1308 DU CONSEIL du 28 septembre 2018 modifiant le règlement (UE) 2018/120 en ce qui concerne certaines possibilités de pêche pour le bar européen.

RÈGLEMENT (UE) 2018/1308 DU CONSEIL du 28 septembre 2018 modifiant le règlement (UE) 2018/120 en ce qui concerne certaines possibilités de pêche pour le bar européen

- RÈGLEMENT (UE) 2018/120 DU CONSEIL du 23 janvier 2018 établissant, pour 2018, les possibilités de pêche pour certains stocks halieutiques et groupes de stocks halieutiques, applicables dans les eaux de l’Union et, pour les navires de pêche de l’Union, dans certaines eaux n’appartenant pas à l’Union et modifiant le règlement (UE) 2017/127

RÈGLEMENT (UE) 2018/120 DU CONSEIL du 23 janvier 2018

RÈGLEMENT (UE) 2018/120 DU CONSEIL du 23 janvier 2018 établissant, pour 2018, les possibilités de pêche pour certains stocks halieutiques et groupes de stocks halieutiques, applicables dans les eaux de l’Union et, pour les navires de pêche de l’Union, dans certaines eaux n’appartenant pas à l’Union et modifiant le règlement (UE) 2017/127

Source : JO EU 31 janvier 2018

- Quotas pour la mer du Nord, la Manche et l’Atlantique pendant les périodes d’ouverture : Règlement CE 2017/127 (JO du 28 janvier 2017) du 20 Janvier 2017 - Pour la pêche récréative dans les divisions CIEM IV b, IV c, VII a, VII d, VII e, VII f, VII g, VII h, VII j, VII k, VIII a et VIII b

Avis d’information de la DDTM Nord

Réglement CE 2016/72 (JO du 28 janvier 2016) du 22 Janvier 2016 - Pour la pêche récréative dans les divisions CIEM IV b, IV c, VII a, VII d, VII e, VII f, VII g, VII h, VII j et VII k

- Pêche du bar interdite du 1er mars au 31 mai chaque année - Réserve du Cap Frehel - Côtes d’Armor

Cartographie :

Carte IGN : lon : 0.214285 lat : 49.414948 zoom : 6
Couche(s) affichée(s) :
  • Affichage du classement sanitaire des zones de production conchylicole et arrêté(s) de classement (un clic sur la zone donne le classement et l'arrêté)
    • Zones rouges : Pêche à pied des coquillages interdite.
    • Zones oranges : Pêche à pied autorisée pour certains groupes de coquillages sous réserve de disposition(s) locale(s) contraire(s).
    • Zones vertes : Pêche à pied autorisée pour tous les groupes de coquillages sous réserve de disposition(s) locale(s) contraire(s).
    • Zones non couvertes : voir disposition(s) locale(s).
  • Affichage zones CIEM/ICES (Chiffres romains). La pêche de loisir de certaines espèces de poisson peut-être limitée ou interdite dans l'une ou plusieurs de ces zones. Voir la liste des espèces concernées.
  • Affichage LSE - Limites de Salure des Eaux (Points bleus). La pêche maritime de loisir de certaines espèces de poisson migrateur (amphihalin) peut-être limitée ou interdite en aval (vers la mer) de l'un de ces points . Voir la liste des espèces concernées.
  • Affichage zones interdites à la pêche de loisir pour motif non sanitaire (arrêté(s) de gestion) pour au moins une espèce (en cours de réalisation)

Pour zoomer sur la carte, touche + de votre clavier, pour dé-zoomer touche - de votre clavier.

Périodes et techniques de pêche :

- Le bar se prend aussi bien aux appâts qu’aux leurres.

- En surf casting, depuis un ouvrage portuaire, depuis les rochers, à la jetée, en bateau, en pêche sous-marine...

- On peut le pêcher aussi bien en journée que de nuit.

Bonnes pratiques :

- Il est préférable de le pêcher de mai à décembre, c’est à dire en dehors de sa période de reproduction.

- Respectons la maille et les réglementations en vigueur.

Menaces pesant sur l’espèce :

- Surpêche, pêche sur les frayères, déclin de la population de géniteurs. [5] [6]

- Mauvaise évaluation de l’impact global de la pêche [7]

- Non respect de la maille

- Pollution ... (Une étude sur la relation recrutement/plancton à propos du cabillaud)

Responsible Sourcing Guide : Seabass Version 4 - September 2013 - Bar commun - Dicentrarchus labrax

Source : Responsible sourcing guide (UK)

Guide pour un approvisionnement responsable

Connaître le statut de provenance de vos poissons - ici le bar commun Dicentrarchus labrax - permet de s’assurer de la durabilité de son exploitation en fonction du lieu de provenance.

En rouge, les zones où l’espèce est en danger, en vert, celles où elle ne l’est pas, en gris, les zones où les données sont insuffisantes et donc la durabilité ne peut être estimée.

Statut dans la liste rouge mondiale IUCN  :

  • Statut : LC - Risque d'extinction - Evalué - Données suffisantes - Préoccupation mineure - - 2008
  • Référence liste rouge mondiale IUCN : 135606

Statut dans la liste rouge européenne IUCN  :

  • Statut : LC - Risque d'extinction - Evalué - Données suffisantes - Préoccupation mineure - - 2015
  • Référence liste rouge européenne IUCN : 135606

Statut dans la liste rouge méditerranéenne IUCN  :

  • Statut : NT - Risque d'extinction - Evalué - Données suffisantes - Quasi menacé - - 2011
  • Référence liste rouge méditerranéenne IUCN : 135606

Remarques :

- Le bar est élevé en aquaculture : L’intérêt pour l’élevage en captivité de ce poisson a débuté vers les années 1970. L’une des contraintes de rentabilité étant l’obtention d’alevins en nombre suffisant pour une production commerciale, des scientifiques se sont attelés à en comprendre les "mécanismes" (notamment à Sète en France) et à élaborer les techniques de reproduction contrôlée. C’est donc l’un des poissons dont la biologie, en captivité, est la mieux connue.

- Le bar est l’objet de campagnes de marquages qui visent à étudier les déplacements et le comportement de cette espèce.

Premiers résultats - 2011

- Le bar est le poisson recherché par la plupart des pêcheurs en mer, un document qui traite de son exploitation

- Une enquête de 2008 sur l’éthique des pêcheurs de loisir - 90 % environ déclarent conserver le bar

- le bar est un poisson à rendement de chair peu élevé : le ratio déchets/chair consommable lors de la levée des filets est d’environ 50% du poids de l’animal.

- relâcher les gros ?

- Pour la pêche aux appâts, l’utilisation de circle hooks ou hameçons circulaires augmente considérablement les chances de relâcher un poisson sans blessures graves : l’hameçon "circle hook" ou hameçon circulaire, un premier pas vers une pêche plus sélective

- Le bar franc a aussi un cousin en France métropolitaine le bar moucheté

Référence(s) taxinomique(s) :

Liens intéressants sur le bar :

SOS Bar

Une estimation globale et historique des captures de Bar commun Dicentrarchus labrax, de 1950 à nos jour, SeaAroundUs

Tous les articles Opalesurfcasting sur le bar commun

Sources :

- Doris

- Ifremer

- LaMaille : Tailles légales et législation pour la pêche de loisir en mer - Application Android

- Opalesurfcasting.net

- WoRMS

- FAO

- VLAMING ....

- devauchelle

- IRD

- Biologie du bar - F. Javier Sánchez Vázquez, José A. Muñoz-Cueto - 2014 - CRC Press

- FAO - Exposé synoptique des données biologiques sur le loup ou bar

REPRODUCTION DECALEE DU BAR (Dicentrarchus labrax) ET DE LA DAURADE (Sparus aurata)

http://archimer.ifremer.fr/doc/00045/15576/12979.pdf

Photographies :

- Bar commun : Eldk - Opalesurfcasting.net

- Bar commun : Mattdufort - Opalesurfcasting.net


Partager cet article !


>> >> >> ...